Le Sénat a adopté, le 2 avril dernier, le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM).

La question des mobilités est passionnante car elle structure notre société. Le bon fonctionnement des transports est indispensable à l’émancipation individuelle, au développement économique ainsi qu’à la cohésion sociale et territoriale.

La crise des gilets jaunes a justement pour point de départ la question centrale de la liberté de se déplacer pour tous.

« Mobilité », nous disent depuis plusieurs semaines nos concitoyens lors du grand débat. Car le besoin de mobilité est réel. Nos concitoyens veulent qu’elle soit accessible, organisée, pratique, et de plus en plus propre.

Ce projet de loi doit faire date. Il sera, à  n’en pas douter, la boîte à outils adaptée aux contraintes du monde moderne. 

Comme pour les réseaux mobiles et Internet, je suis mobilisé contre les zones blanches de mobilité.

Nous devons – et c’est ce qu’a fait le Gouvernement – offrir à chaque citoyen une solution de mobilité afin de lutter contre les inégalités, l’injustice entre les citoyens et les fractures entre les territoires.

L’urgence environnementale et climatique appelle à changer nos comportements et à d’autres déplacements : nous devons innover et investir. C’est aussi ce que propose ce projet de loi.

Girondin, je suis persuadé que les solutions doivent être co-construites à l’échelle des territoires. Ce projet de loi pérennise la solution des autorités organisatrices, régionales ou locales, en l’encourageant et la renforçant, tout en assouplissant la gouvernance territoriale des mobilités, en renforçant le rôle et les compétences des nouvelles grandes régions et des intercommunalités.

Du local, nous devons aller jusqu’au global : nous devons mieux connecter la France aux grands systèmes d’échanges européens et mondiaux, raison pour laquelle je plaide sans relâche en faveur de la liaison LGV Montpellier – Perpignan, maillon indispensable pour rejoindre l’Espagne.

Véhicules connectés, covoiturage, infrastructures de recharge de véhicules électriques sortent également renforcés et mieux encadrés de ce projet de loi.

Enfin, plusieurs articles visent à améliorer la compétitivité du transport de fret maritime et fluvial français, dossier qui me tient à coeur compte tenu de l’importance de la façade maritime de notre région.