Monsieur Navarro interroge Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports, sur les mesures qu’elle compte mettre en œuvre afin de faciliter la mobilité dans les territoires ruraux, par le biais notamment du covoiturage, dans le cadre du futur projet de loi d’orientation des mobilités (LOM).

En effet, alors que l’utilisation des véhicules semble indispensable dans ces territoires, cela entraîne un coût conséquent pour les populations concernées, pouvant se chiffrer à plusieurs milliers d’euros par an.

Par ailleurs, l’augmentation du prix du carburant, s’il permet sans conteste d’inciter chacun à limiter ses déplacements afin de préserver l’environnement, est une réelle problématique pour les habitants de milieux ruraux, qui doivent souvent effectuer des trajets de dizaines de kilomètres pour se rendre sur leur lieu de travail ou tout simplement pour effectuer leurs achats, la dévitalisation des centres villes touchant particulièrement le milieu rural.

L’utilisation de l’automobile individuelle répond aux caractéristiques intrinsèques de ces territoires, dont la faible densité de population rend difficile et coûteuse la mise en place de transports en commun.

Par conséquent le covoiturage apparaît comme une alternative efficace pour répondre à cette problématique. Il pallie « l’autosolisme », génère une importante source d’économie pour les ménages, et permet de limiter la pollution atmosphérique et l’engorgement des réseaux routiers. En France, le covoiturage représente essentiellement des déplacements longue distance, or comme le mentionne l’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (ADEME) : « la mobilité locale représente l’essentiel des déplacements ».

Aussi, le développement du covoiturage ne peut se faire sans une stratégie d’ensemble incluant ces mobilités locales. Pourtant, malgré ce besoin d’utilisation de la voiture, le covoiturage de courte distance n’est que très peu développé, en particulier dans le monde rural où il ne fait pas encore partie des pratiques instinctives.

Evoqué dans le cadre du projet de loi LOM, Monsieur Navarro souhaite ainsi savoir comment l’Etat pourrait concrètement aider et soutenir les collectivités territoriales à développer la pratique du covoiturage en milieu rural.