A l’occasion de l’examen du rapport et du texte de la commission des affaires économiques, le 16 mai 2018, j’ai pu souligner que, « sur le numérique comme sur d’autres dossiers, l’Europe accumule les retards face aux États-Unis et à la Chine ; je suis donc favorable à votre amendement. En revanche, à l’heure où les investissements s’avèrent indispensables dans les secteurs de la formation, de l’éducation, de la défense ou de l’énergie, je ne comprends guère que l’on prône la croissance des moyens de la CNIL. Redéployons plutôt les effectifs entre autorités administratives indépendantes, qui coûtent déjà fort cher à la République ! »

Lire l’ensemble des interventions à l’occasion de cet examen