L’échec de la révision constitutionnelle est venue valider mon analyse de février dernier dans ma précédente lettre d’information : les élus de la Nation et les partis politiques ont donné un spectacle affligeant.

L’urgence est là : réinventer la politique. Pour cela, je suis convaincu d’une chose : les élus locaux sont les mieux placés pour porter la parole des territoires. Ils sont au contact direct des citoyens, partout en France, vivent avec leurs administrés au coeur de la cité, et disposent de l’expérience, de l’enracinement, de la capacité d’écoute pour faire de la politique autrement. Plus que jamais, la France a besoin de vous.

D’autre part, la course à l’élection présidentielle rend les partis et les responsables politiques nationaux complètement fous : face à cette situation, j’ai déjà eu l’occasion de me prononcer pour le retour au septennat, mais non-renouvelable. C’est le seul moyen de mettre un terme au court- termisme qui pousse à des choix mauvais pour notre pays, dont nous subissons les conséquences.

Pour la chasse le dimanche !

Les détracteurs de la chasse le dimanche font une nouvelle fois du bruit. Aussi, quelques rappels s’imposent : les zones ouvertes au public et aux promeneurs sont très préservées. Le tir est interdit le mercredi et le dimanche dans toutes les forêts domaniales gérées par l’Office National des Forêts. Le tir est également interdit en direction des voies ouvertes au public, des chemins ruraux et à proximité des habitations. Les propriétaires de territoires privés sont libres d’y organiser la chasse comme ils le souhaitent, dans la mesure où nul n’a le droit d’y pénétrer sans autorisation.

La réglementation actuelle permet parfaitement la cohabitation des chasseurs d’une part, et des promeneurs d’autre part. Les gardes de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage font un travail remarquable en ce sens.

Rappelons également que la période de chasse à tir se situe de mi-septembre à fin février, soit moins de la moitié de l’année et essentiellement pendant l’automne et l’hiver, époque où la fréquentation de la nature par les autres utilisateurs est moins intense.

Les panneaux indiquant « chasse en cours » posés sur les voies de circulation ne sont pas destinés à avertir les utilisateurs que l’on « risque de leur tirer dessus » comme certains voudraient le faire croire, mais ont, au contraire, un rôle préventif pour inciter les automobilistes et les autres usagers à la prudence afin d’éviter les collisions avec les grands animaux ou les chiens.

Interdire la chasse le dimanche serait une nouvelle atteinte aux libertés individuelles au détriment, encore une fois, des classes moyennes vivant dans un monde rural. Le dimanche est bien souvent le seul jour où ces personnes peuvent s’adonner à leur passion. C’est d’ailleurs un acquis de la révolution française !

La campagne orchestrée actuellement pour supprimer la chasse le dimanche utilise comme bien souvent la désinformation en faisant appel à la sensiblerie d’une population bien éloignée de la ruralité.

Sous une telle couverture elle dissimule la véritable intention de ses initiateurs : parvenir par grignotages successifs à interdire totalement la chasse dans notre pays. Chacun doit en prendre conscience et ne pas être dupe. La France a besoin des chasseurs, premiers défenseurs avec les agriculteurs de la biodiversité sur notre territoire; la chasse, c’est un patrimoine, une culture, une activité économique et un outil indispensable de régulation de la faune, à commencer par les sangliers dont les dégâts sont considérables !